Test: Une souris et des Hommes [FERMÉ]

Une Souris et des Hommes comme Des souris et des Hommes de Steinbeck… Que de souvenirs ! Cela me ramène quelques 10 ans en arrière quand je l’avais étudié au collège… Mais quel rapport entre la littérature et la pâtisserie me direz-vous ? Eh bien, cette adresse logée au 17 rue de Maubeuge pardi !
En effet, la première chose que l’on remarque, dès que l’on entre dans ce salon de thé lumineux, ce sont les livres ! Et ensuite seulement le comptoir à pâtisseries… Mais ne vous en faites pas : une fois que vous aurez posé les yeux dessus il vous sera difficile de choisir tant elles ont toutes l’air appétissantes !
Ici, on respecte les saisons, les produits sont de qualité (à noter le praliné maison et la Vanille Bourbon de la réunion) et plusieurs fournées sont réalisées au cours de la journée et que c’est pour cette raison que la gamme de pâtisseries est restreinte.
Vous pourrez aussi déguster un brunch le samedi et le dimanche.
Servie par « la souris » des lieux en personne, Inès, et dès mes achats empaquetés, je file les grignoter !

Une souris et des Hommes / Packaging - Miss Karu Little Sweets

 

 

 

 

 

 

Une souris et des Hommes / Tarte citron meringuée (1) - Miss Karu Little Sweets

Tarte citron meringuée : pâte croustillante aux amandes, confit citron, crème au citron et meringue 
Aspect :
Un fond de tarte régulier, cuit uniformément et bien doré. La meringue est caramélisée sur presque toute sa surface vraisemblablement avec un chalumeau. On a envie de savoir ce qui se cache à l’intérieur. En la coupant en deux, on découvre une quantité très généreuse de crème citron qui compose le cœur de la tarte et comparativement peu de meringue ce qui, pour moi, est un très bon point. Une très fine couche de confit citron, comprenant des zestes de citrons, est étalée sur le fond de tarte.Une souris et des Hommes / Tarte citron meringuée (2) - Miss Karu Little Sweets

Dégustation :
Au nez, ce sont les notes sucrées de la meringue qui nous parviennent.
Le fond de tarte est régulier, cuit uniformément et bien doré. Il révèle une texture croquante (non détrempée par le confit ou la crème) sans être friable et il serait plus cassant comme une pâte sucrée. Elle n’est pas trop sucrée et révèle un subtil goût d’amande. Cette base est idéale car elle offre un grand contraste de texture par rapport à toutes les autres préparations. La meringue est très vraisemblablement une meringue Italienne compte tenu de sa texture moelleuse et fondante comme une guimauve à cœur et de sa fine pellicule caramélisée. J’ai été agréablement surprise par son côté relativement peu sucré pour une meringue. La crème citron occupe le cœur de la tartelette. Elle est lisse et se révèle onctueuse avec un côté lacté marqué sans côté gras. Elle couvre la langue et le palais. Elle est bien citronnée et acidulée mais moins que le confit et possède la juste dose de sucre pour ne pas masquer le goût du citron tout en l’adoucissant.  Elle reste longtemps en bouche. Enfin, le confit présent en très petite quantité mais c’est la touche qui ajoute à la complexité et à l’équilibre du dessert. En effet, il est très citronné et donc très acidulé et non sucré ; mais bien tempéré par la crème plus douce et la meringue plus sucrée. Il apporte la fraîcheur et le pep qui réveillent et dynamisent la tartelette. Avec, en plus, l’agréable surprise d’y trouver des petits morceaux de zestes.

En quelques mots :
Il existe un très bon équilibre entre la meringue qui débute la dégustation avec son côté fondant et sucré qui tout de suite est dynamisée par la crème citron dense et crémeuse. Puis, le confit citron apporte ses décharges acidulées et citronnées authentiques et il y a inversion : le confit se trouve tempéré par les notes sucrées de la meringues qui sont toujours présentes. Enfin, la pâte croustillante aux amandes apporte ce contraste de texture nécessaire à l’équilibre du dessert. Du fait, qu’elle soit peu sucrée et peu beurré elle est idéale pour conclure la dégustation. Et il est important de souligner que ce sont les notes citronnées puissantes du confit qui reviennent après la dégustation.

Note / Mark

 

 

 

 

 

 

 

Une souris et des Hommes / Souris (1) - Miss Karu Little Sweets

Souris : glaçage chocolat au lait, mousse gianduja, crème citron, croustillant praliné et sablé noisette 
Aspect :
Que voici une jolie souris ! Le glaçage au chocolat au lait qui la recouvre est bien lisse, brillant et fin. Il est souple et fluide sans être coulant et il semble posséder un aspect pailleté. Les deux disques de chocolat au lait formant les oreilles sont réguliers, fins et lisses. Les yeux de la souris ainsi que son museau sont des céréales soufflées entourées de chocolat. Il est dommage de couper cette souris en deux mais il le fallait bien. On retrouve donc une base de sablé noisette surmonté de praliné croustillant. Vient ensuite la mousse gianduja avec en son sein la crème citron. Le tout est donc recouvert de glaçage chocolat au lait.Une souris et des Hommes / Souris (2) - Miss Karu Little Sweets

Dégustation :
On sent de bons arômes de chocolat provenant de cette souris.
Le glaçage au chocolat au lait est bien régulier, brillant, souple et fluide sans être coulant. D’une épaisseur fine, ce glaçage révèle des arômes de chocolat mais un peu masqué par la quantité de sucre car il faut bien admettre que ce glaçage est très sucré. La mousse gianduja possède une texture aérienne et très légère, évanescente en bouche. On peut sentir le chocolat et la noisette dans un bel équilibre mais, là encore, la mousse reste sucrée. La crème citron est lisse et possède une texture souple et onctueuse. Peu sucrée, bien acidulée et avec un goût de citron prononcé elle permet de dynamiser le dessert et d’apporter de la fraîcheur. On arrive ensuite aux deux textures contrastantes du dessert et qui servent de base : le sablé et le croustillant praliné, l’un complétant l’autre dans un ingénieux jeu de textures. Le croustillant praliné apporte un croustillant très fin, pas du tout pâteux ni grossier ainsi que des notes de fruits secs agréables. Le sablé noisette est plus beurré, plus friable et possède un goût de noisette véritable qui permet au sablé de ne pas être sucré.

En quelques mots  :
La dégustation commence avec la mousse gianduja avec sa texture évanescente et son équilibre chocolat/noisette bien maîtrisé. Le côté sucré de la mousse et du glaçage est immédiatement atténué par la crème citron bien citronnée et donc acidulée sans que l’acidité soit trop prononcée. Cette crème très onctueuse et couvrant le palais offre ce premier contraste de texture par rapport à la mousse. Ensuite, vient base de l’entremet qui apporte deux types de mâche qui fonctionnent très bien ensemble. D’une part, le croustillant praliné avec son croustillant très fin, très gourmand et ses notes de fruits secs et, d’autre part, le sablé plus friable, plus sablonneux et humide avec des éclats de noisette qui permettent d’avoir à la fois du caractère et un sablé peu sucré. Les deux offrent une combinaison surprenante et agréable. On notera le retour de notes citronnées après la fin de la dégustation.

Note / Mark

 

 

 

 

 

 

 

Une souris et des Hommes / Chou (1) - Miss Karu Little Sweets

Chou : craquelin noisette, pâte à chou, crème vanille de la Réunion et caramel fruit de la passion 
Aspect :
Un gros chou recouvert de craquelin et décoré d’un pétale de chocolat blanc (fin et lisse). Le chou est bien doré, cuit uniformément et régulier. Une fois coupé en deux on découvre la généreuse quantité de crème vanillée très riche en petits points noirs caractéristiques qui laissent présager de bonnes choses pour la dégustation. Au sommet de la crème vanille on découvre le caramel passion sous forme d’insert.Une souris et des Hommes / Chou (2) - Miss Karu Little Sweets

Dégustation :
On sent le beurre de la pâte à chou qui émane de ce chou.
Déjà, j’aime quand les choux sont recouverts de craquelin et non de glaçage pour éviter le côté trop sucré et parce que le craquelin apporte cette texture supplémentaire. Le craquelin est bien croquant, friable et granuleux. Ce qui est intéressant c’est que la poudre de noisette utilisée apporte ce goût noisetté qui est identifiable mais permet aussi de réduire la sensation sucrée du craquelin. La pâte à choux n’est pas croquante mais elle offre une belle tenue sous le couteau et ne s’affaisse pas du tout ce qui est très appréciable. Elle est régulière, dorée, cuite uniformément et bien développée. Avec une mâche moelleuse à l’intérieur et un extérieur plus ferme sans être sec. Elle est bien beurrée et pas ou très peu sucrée. Le cœur du chou : la crème vanille. Elle est lisse et très riche en petits points noirs. Sa texture est extrêmement onctueuse, souple et fluide si bien qu’elle ne devient pas écœurante malgré sa quantité importante. Ensuite, on sent ce côté lacté et la vanille très puissante avec un arôme plus ou moins en deux temps : d’abord assez sucré et puis plus affirmé, plus franc. De plus, la vanille s’exprime pleinement car la crème est peu sucrée. Enfin, la caramel passion offre une texture fluide et souple et un goût de fruit de la passion authentique et donc acidulé ce qui dynamise un peu l’ensemble. Les notes de caramel, plus sucrées, sont identifiables et s’équilibrent avec l’acidité du fruit de la passion. J’ai juste regretté qu’il n’y en ait pas un peu plus.

En quelques mots :
La dégustation qui débute par la crème vanille qui emplit la bouche et est extrêmement onctueuse et bien vanillée sans être trop sucrée. Elle est parfois rehaussée par le caramel passion qui apporte ce contraste de goût en tranchant avec son acidité. Enfin, la pâte à choux et le craquelin ne font de la figuration. En effet, le craquelin apporte ses notes noisettées et son côté croustillant et granuleux tandis que la pâte à chou apporte cette mâche moelleuse. Le fait qu’elle soit bien beurrée et non sucrée (ou très peu) permet clore la dégustation sur un goût « neutre » essentiel pour apprécier une nouvelle bouchée du fait de la puissance et de la richesse de la crème vanille.
Je pinaille mais un soupçon de caramel passion en plus ne serait pas de refus. Pour la gourmandise bien sûr mais aussi car il réveille la vanille et le chou en général. Il ne faudrait pas non plus trop augmenter sa quantité aux risques de déséquilibrer le chou.

Note / Mark

 

 

 

 

 

 

Une souris et des Hommes / Assortiment pâtisseries - Miss Karu Little Sweets

Mon avis :
J’ai pu tester un chou, une tarte et un entremet soit autant de textures différentes. Et je peux dire qu’elles sont toutes maîtrisées ainsi que les goûts. Il y avait, deux propositions classiques mais toujours une pointe d’originalité que ce soit par la présence du confit citron ou par la présence du caramel passion.  La souris, quant à elle, est originale tant par la forme que par la construction. J’ai particulièrement aimé l’alliance du sablé noisette et du croustillant praliné.
Une dégustation très agréable.
Voilà, si vous chercher un endroit où déguster de savoureuses pâtisseries, dans un cadre lumineux et chaleureux tout en appréciant un bon livre vous savez où aller.

 

 

Gamme de prix :
4,1 à 6€ pour une pâtisserie individuelle
1,4 à 2,9€ pour les douceurs

Adresse :
17 rue de Maubeuge 75009 Paris          Tel : 09 81 76 17 74
Du mercredi au vendredi : 12h-19h
Samedi et dimanche : 10h30-19h
http://www.unesourisetdeshommes.fr/wordpress/

Note finale / Final mark
Mon avis : Courrez-y !
Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *