Test : Boneshaker Doughnuts

Test : Boneshaker Doughnuts

Donut (ou doughnut), bugne, beignet, zeppola… le nom de ces gourmandises change en fonction des pays et des régions mais, un peu partout, on se lèche doigts de ses délices street food-Junk food à déguster sur le pouce.
Très populaires aux Etats-Unis, les enseignes dédiées à ce snack sucré tout rond et dodu sont encore rares dans l’Hexagone.
Je vous avais présenté Les petits donuts qui les twistent en version « healthy » car cuits au four. Contraste chez Boneshaker Doughnuts qui proposent la recette authentique en provenance directe des USA.
Amanda Bankert et son mari Louis Scott ont esquissé ce projet en 2013, l’ont emmené dans leurs valises jusqu’à Paris (leur ville d’adoption) et, enfin, l’ont matérialisé sous la forme d’une petite boutique ouverte rue d’Aboukir. Un véritable « old school donut shop » comme ils l’imaginaient. Lire la suite

Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Test : Un amour de baba

Test : Un amour de baba

« Quand on aime, on ne compte pas… » La formule consacrée prend ici tout son sens. De sa tendresse cette pâtisserie Rougui Dia en a fait un projet qui se matérialise sous la forme d’une boutique entièrement dédié à ce mythique dessert dodu et bien trempé.
Véritable temple, le baba se décline sous toutes ses formes (version mini, tradi ou maxi) et sous un nuancier de saveurs. Bien sûr, on retrouvera le classique baba au rhum mais aussi des créations beaucoup plus originales dont certaines, fruitées, varient au cours des saisons.

Le baba c’est asssez simple sur le papier : une pâte levée imbibé d’un sirop (alcoolisé ou non) et garni en son centre d’une crème (crème fouettée, Chantilly, ganache montée selon ses envies). Il peut donner lieu à toutes les fantaisies. Mais en réalité, l’exercice se révèle complexe et technique pour qu’il se  mue en une addictive pâtisserie. Imbibage dosé, mie moelleuse et humide, équilibre entre la pâte à baba et la crème,  éviter l’écueil du trop sucré… autant de conditions pour devenir baba d’un baba. Lire la suite

Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Test: Compagnie générale de biscuiterie

Test: Compagnie générale de biscuiterie

On ne présente plus Gilles Marchal. Cet amoureux de Paris et de Montmartre a ouvert il y a un peu plus d’un mois une boutique entièrement consacrée à un plaisir régressif d’enfance : les biscuits.

De plus, Gilles Marchal rend hommage à l’histoire de la butte. Tout d’abord, à sa tradition meunière lorsque Montmartre abritait de nombreux moulins (près de 60) avant d’être absorbé par Paris. A cette époque, l’un des plus célèbres était celui de la famille Debray ; la renommée de galette de sarrasin de Madame Debray avait d’ailleurs dépassé les limites de la butte. Puis, aux danseuses de revue qui ont fait l’âme festive du quartier… Gilles Marchal rend hommage à ces demoiselles en leur dédiant des biscuits crées d’après leur personnalité et nommés d’après elles (Nini patte en l’air, Jeanne Avril, La goulue et Cha U Kao).

Et, que dire du lieu qui, loin d’être une simple boutique, est un véritable lieu de vie et un régal des cinq sens ?
Avant même d’avoir franchi les portes, les effluves biscuitées vous enivrent. S’en suit un régal pour les yeux : les boîtes de biscuits, le four où ils cuisent, les plaques où ils refroidissent, les sacs de farines et le travail des pâtissiers ! Le fond sonore vous transporte dans le Paris des années 1900. Enfin, la dégustation de biscuits généreusement offerts finira de combler les deux sens restants.
Vous y trouverez aussi bien des biscuits en vrac (sablés, diamants, kipferls, fianciers…) vous permettant de composer vous-même votre sachet ou votre boîte ; mais aussi des sachets déjà préparés (avec une sorte de biscuit par sachet).

Pour ce test, une large variété de biscuits regroupé par « famille ».

Lire la suite

Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Test: Jean Hwang Carrant

Test: Jean Hwang Carrant

Voilà encore un article  que j’ai réécrit de A à Z tout comme celui à propos Des gâteaux et du pain ou celui de La pâtisserie des rêves. Particulièrement parce que les photos ne mettaient pas (du tout) en valeur les produits testés. De la même façon je referai l’article concernant Sadaharu Aoki et celui traitant d’Acide Macaron (car je n’ai testé que deux produits).

Bref, je vous refais un petit topo. Les cookies de Jean Hwang Carrant sont façonnés et cuits chaque jour sur place dans la boutique rue d’Aboukir. Et, bien sûr, plusieurs fournées sont cuites chaque jour. On a d’ailleurs un vue directe sur le laboratoire et sur les fours ce qui est fort agréable.
J’ai eu la chance d’être servie par Jean elle-même qui m’a exposé avec beaucoup de passion l’histoire de ces cookies. Vous trouverez ici trois influences : Américaine (normal puisque ces petites douceurs en sont originaires), Française (caramel, chocolat fleur de sel…) et Asiatique (puisque Jean est d’origine Taïwanaise). Ces derniers sont, sans nul doute, les plus surprenants.
Le sourcing est également soigné et minutieux : par exemple, le thé matcha utilisé est bio et provient directement d’un producteur japonais.

J’ai choisi 4 cookies pour cette dégustation : le classique aux pépites de chocolat noir et trois plus exotiques.

Lire la suite

Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail