Test : BO&MIE – Boulangerie Créative

Test : BO&MIE – Boulangerie Créative

BO comme « beau et bon », MIE comme une des composantes essentielles de tous pains ou viennoiseries… les produits au cœur de la boutique. BO&MIE sonne comme Bohème comme l’état d’esprit qui anime l’équipe pour qui « la boulangerie doit rester ester artisanale et proche de ses clients. »

Lampes à filament suspendues, briques gris clair aux mur, haut comptoir et tables basses, casiers en bois on est à la fois dans le brut, le chic et le moderne. En résulte, une boutique chaleureuse et lumineuse qui met en valeurs les produits. Un lieu de vie dans lequel on a envie de rester plus qu’un instant.

Sous-titrée « boulangerie créative », mon regard de bec sucré se porte comme une évidence sur les viennoiseries qui sont toutes plus affriolantes les unes que les autres… Entre le chausson aux pommes à l’allure rustique, les petites briochettes et les incontournables croissants et petits pains au chocolat on ne sait plus où donner de la tête.

Mais, je m’en suis détournée pour les pâtisseries qui ne sont pas en reste. En vitrine, une gamme resserrée autour de 4 créations qui s’étoffe davantage en fin de semaine.
Des propositions dont l’esthétique sans esbroufe, moderne et soignée ne laisse pas indifférent.

Lire la suite

Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Events & Découvertes : Nicolas Paciello x Fou de Pâtisserie

Events & Découvertes : Nicolas Paciello x Fou de Pâtisserie

On ne présente plus Fou de Pâtisserie, le magazine des gastronomes becs sucrés qui se double d’un concept-store éponyme dans la vivante rue Montorgueil.
Car, si la boutique abrite une sélection pointue d’entremets parisiens et de douceurs et chocolats puisés chez de grands noms français, c’est avant tout les régulières collaborations que guettent les gourmets aux aguets.
Des instants éphémères qui ne durent pas plus de quelques semaines et qui sont sources d’échanges privilégiés avec les chefs mais également de découvertes exclusives.

Parmi les desserts de palace qui ont quitté les murs des luxueuses institutions pour le petit écrin on compte : la Noisette et le Citron de Cédric Grolet (chef pâtissier du Meurice) ou bien encore deux créations du chef Michaël Bartocetti (chef pâtissier au Shangri-la), le Calisson et une déclinaison autour de la figue.

C’est maintenant au tour de Nicolas Paciello, officiant à lHôtel Pirnce de Galles, de se prêter au jeu ! En vitrine, l’iconique tarte chocolat sarrasin et une nouveauté de saison, l’entremets marron-mandarine.

Lire la suite

Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Souvenir Gourmand : La Noisette par Cédric Grolet

Souvenir Gourmand : La Noisette par Cédric Grolet

Le 7 et 8 janvier dernier, la talentueuse Raphaële Marchal dédicaçait son livre 100% pâtisseries et 100% gourmand : A la folie (que je vous conseille vivement  s’il ne figure pas déjà dans votre bibliothèque) accompagné du chef Cédric Grolet (chef pâtissier au Meurice). Je les ai raté tous deux ainsi que – a fortiori – ma dédicace (la faute au planning) mais l’iconique noisette -signature de ce pâtissier surdoué – a bien fini dans mon panier.

Ce Saint Graal, le mien, qui me faisait de l’œil depuis plus d’un an rendu facilement accessible grâce à l’union de Fou de Pâtisserie X Raphaële Marchal X Cédric Grolet ! Mon cœur d’invétérée gourmande ne peut que leur envoyer un « grand merci » !

Lire la suite

Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Test : Pâtisserie Casse Noisette (Jeffrey Cagnes)

Test : Pâtisserie Casse Noisette (Jeffrey Cagnes)

Jeffrey Cagnes a quitté le nid Stohrer pour s’envoler en solo vers une autre destination : l’avenue de l’Opéra où il a niché sa boutique/salon de thé Casse-Noisette. Clin d’œil à l’Opéra Garnier tout proche, à ce ballet aux réminiscences d’enfance… Mais aussi au petit l’oléagineux, emblème du lieu.
Il est composé de deux parties : au rez-de-chaussée se trouve l’offre alléchante et, à l’étage, le l’espace dégustation.
Blanc, clair, lumineux mais loin d’être guindé, on se sent à l’aise dans ce reposant univers moderne et contemporain (comptoirs en courbes légères…). Le service avenant et chaleureux n’est pas non plus étranger dans ce ressenti.
On rompt avec le code du luxe qui égraine seulement quelques pâtisseries : ici l’offre est fourmillante mais d’un foisonnement ordonné. Sur la gauche, la vitrine aligne sagement les pâtisseries (tarte chocolat/cassis, éclairs, les (déjà) incontournables pavlova et Paris-Brest ainsi que cannelé trompe l’œil) tandis que, sur la droite, les viennoiseries et les gâteaux de voyages (roulés taille XXL, flan, , se côtoient allègrement, s’empilent, se succèdent…
On ne sait que choisir, on a envie de tout… Mais il est raisonnable de se résoudre et il sera fort avisé  – frustration exacerbée – de revenir goûter et savourer les délices que l’on a évincés une première fois.

Non pas trois mais quatre pâtisseries à l’honneur et une viennoiserie en prime. J’ai bien dit qu’il était sage de contenir un peu son enthousiasme mais pas qu’il fallait s’en aller avec des regrets.

Lire la suite

Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Test : Pâtisserie Tomo

Test : Pâtisserie Tomo

La pâtisserie朋 (tomo)  vient d’ouvrir dans le quartier de la rue Sainte Anne. Elle est orchestrée par un duo de chefs pâtissiers, un duo franco-japonais : Romain Gaïa et Takanori Murata. Ici, la star se nomme « dorayaki » (どら焼き) ou la délicieuse pâte à base de Kasutera (カステラ)* qui prend la forme de pancakes (Supplément crânerie : どら signifie gong et焼きcuit ceci expliquant cela).
Cette délicieuse pâtisserie se retrouve sous sa forme la plus connue : deux « pancakes » abritant un cœur de pâte de haricot rouge (餡子= anko).  3 déclinaisons sont proposées : classique avec un twist français grâce à une pointe de fleur de sel, matcha et ricotta/yuzu.

Puis, plus surprenant, on assiste alors à un véritable mariage des deux cultures par la revisite de grands classiques de la pâtisserie française. Le topo ? Les pâtes de base ont été remplacées par des dorayaki et les saveurs nippones s’invitent parfois. Lequel aura votre préférence ? Le baba au Whisky Japonais,  Le Paris Kyoto (revisite du célèbre Paris Brest, vous l’aurez compris), l’Opéra Garnier ou bien encore Le Dorayaki citron ?

Lire la suite

Facebookgoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail